Interview: A chicory with Marius

● Music
Interview: A chicory with Marius
WHERE
Lormes, France
Artwork
Engineers
Lire en français Read in english

Original post written in French / Post original rédigé en français

A / Hello Marius!

M / Hello Amélie!

A / Marius, you set up a solo group, why the name Marius Atherton?

M / I don't know...why didn't I take a nickname! I had tried to find a pseudonym but I told myself that by doing this I was hiding behind something. As these are quite intimate songs, I said to myself “Go ahead with your real name, what?”

A / You don't mind revealing your intimacy through songs?

M / I thought it was the best way to to reveal oneself.

A / And why absolutely want to reveal one's intimacy?

M / That's not necessarily the term, it sounds like Im an exhibitionist. Let's talk about intimate subjects instead. Why absolutely want to talk about intimate subjects? Because it feels good to talk about it, we have to find a way to talk about it and because for me the song is the most natural and healthy way.

A / The receiver, the listener, the spectator acts as your therapist?

M / I would rather say that I do my own therapy in the creation phase. After the receiver acts as he wants.

A / The album is very diverse and it's even more in concert. Why did you choose to do something so diverse with finally the feeling of being besieged by dolites while listening to it?

M /What is this?... About the diversity of my music, It's not really a choice, When Im writing, I don't necessarily manage to focus on a particular aesthetic for more than two or three songs. After that I have to change, I am inspired by other things. The challenge of this album and one the live performance is  to assemble a whole with different aesthetics while keeping a somewhat coherent architecture. If it ever works, it's a success.

A / Assemble a whole with nothing what?

M / No not at all.

A / Sorry, I didn't understand, can you explain it again?

M / Assemble a part with elements very different from each other.

A / Ah! Like making a freestyle cake?

M / Yes that's it!

A / In the end it's disgusting or it's good! There we will say that it was good!!! (big laughs) If I asked you to define the song Assiégé de doutes by a color?

M / It would be an emerald green.

A / I had something else in mind.

M / Ah the tastes and colors...

A / What would be the hit song for the summer of 2020?

M / It would be the one on which I have the most feedback, the most intimate too: Anne.

A / That song? The summer hit???

M / It depends on what a summer hit is made of! It must be a little dancy and it's true that this song is not very dancy...Maybe summer has to define his own summer hit?

A / It's true that this summer was a little sad...The cover of the record, with its beautiful purple and yellow colors, did you make it?

M / No, it's a couple of friends called Alessandro and Dana .

A / Wow! Perhaps you will be able to present their work to us in the future?

M / Absolutely!

A / There is no other collaboration?

M / yes Alaïs Raslain helped me out with the layout

A / What dish would be the beautiful song The last song?

M / (very, long silence...) I don't know at all!

A / We'll have to find it! Sauerkraut? Cassoulet? Tiramisu?

M / I don't know at all...I've never compared a song to a dish.

A / Marius, you presented this solo project Marius Atherton twice this year in live show, what are the feedback?

M / Extremely disappointing feedback. The audience asks me to stop. No I'm kidding! People love it! (big laughs)

A / I was at your second concert the other night, there were thirty people, I saw two sales of your CD. Is that a sign?

M / the statistics are pretty good: 2 out of 30 is 1 in 15, so it's a little over 10%.

A / In training, what is your song “fitness”?

M / The song about my friends (mes amis) because it's a high-flying vocal performance for me. I am learning the development of my vocal organ. I am used to record myself a lot, which means I can start over, make myself confortable, little sausages for appetizer.

A / Ah we're talking about cooking!

M / On the other hand, when I'm playing a showI I don't have the leisure to take the time to do things and redo things, So I work differently, It's more about the performance of the songs. I'm not used to doing this and it's quite interesting.

A / I heard via social networks and on BFM TV that a clip was going to be made. Why will that be the song?

M / It will be precisely for the song Les amis.

A / And who is going to direct this clip?

M / It's Alaïs Raslain, my illustrator friend.

A / Ah! The one who did something on the cover?

M / Yes that's it! And it's going to be animation but with low narrative content. It will be more of a colorful clip but above all contemplative, a bit like the other clips on this album.

A / Tell us about the other clips?

M / The other clips, I made them. Anne is a video that I made on a bus, during a
trip. And the other clip I shot in a friend's building. It was for "The Routine".


A / It seems to me that there are not only plans of this building, right?

M / No, there is also a plan of the Avallon hospital

A / The hospital in which you were born!

M / Oh yes! (excitement + laughter +++)

A / Back to the roots, it's important to underline that! (a nozzle catches my attention outside the window, I can finally take a visual pause and look away from Marius Atherton's head) Where to see these clips?

M / We go on youtube and we type mariusatherton.

A / You have a bandcamp too?

M / Yes.

A / We'll tie it all together at the end of this interview, don't worry. What is the future of Marius Atherton?

M / I'm preparing a second album of songs too

A / Can you tell us about the covers that you do live but which don't appear on the album because you don't want to pay copyrights?

M / These covers are there to create something else live. I like these two songs. I liked arranging them my way

A / Pardon, two or three songs?

M / Yes there are two covers of songs and a third piece that I pumped from an Indian friend of my aunt who sings a raga for her on the Internet. I picked up his raga to play it on the guitar. As for the covers, there's this kind of summer hit called "Last Kiss" by I don't know who anymore...Cavalier I think.

A / Ah ... don't you know?

M / A love song,  surf rock. And the other is Jamaica Farewell by Harry Belafonte. I rearranged them with machines, synthesizers; a mix of Suicide and The Space Lady.

A / Yes, we can recognize the influences! Well done ! Those are beautiful! Tell us about your stage costume and hairstyle.

M / I'm wearing black jeans and an ocher-yellow linen shirt. My haircut was done by Coup'tiff salon in Lormes which I would like to thank. Véronique and her team, my partners for more than ten years.

A / A somewhat intimate question, as we are on an intimate album: beyond the sausage mentioned earlier, what is the drink of training?

M / Chicory.

A / Any special training equipment?

M / Yes, my snowflake slippers.

A / I love intimate anecdotes like this! We fit better into the character! Marius, does the countryside of your childhood inspire you?

M / Not at all. The best for me is to be far from my sources, from my relatives. This is where I am most in tune with what I want to say and write. This is how I feel the most free. It's been two years now that I haven't been far and it's also been two years that I don't feel ... that I haven't had a real one ... I feel that I need to go back to return writing more intensely

A / So what's the next trip when the barriers are lifted?

M / I have a friend who lives in Guadeloupe, he suggested that I come but at the same time I don't really like plane ... so maybe I'll aim for the easy way and go back to the United States.

A / A bit easy! Especially since you have relatives there?

M / Yes people that I really like but they are not super close.

A / Ah okay, I didn't have the notion of "close" and "very close ”.

M / Yes, they are distant friends.

A / So good future, great creative journey to you Marius Atherton!

A / Bonjour Marius!

M / Bonjour Amélie!

A / Marius, tu as monté un groupe solo, pourquoi le nom de Marius Atherton?

M / Je ne sais pas... pourquoi ne pas prendre de pseudo! J'avais essayé de trouver un pseudonyme mais je me suis dit qu'en faisant ça je me cachais derrière quelque chose. Comme ce sont des chansons assez intimes, je me suis dit « vazy avec ton vrai nom quoi ».

A / Ça ne te gène pas de dévoiler ton intimité via des chansons?

M / J'ai trouvé que c'était la meilleure manière de se dévoiler.

A / Et pourquoi vouloir absolument dévoiler son intimité?

M / C'est pas forcément le terme, c'est un peu exhibitionniste. Disons plutôt parler des choses intimes. Pourquoi vouloir absolument parler des choses intimes? Parce que ça fait du bien d'en parler, qu'il faut trouver un moyen d'en parler et que pour moi la chanson c'est le moyen le plus naturel et sain.

A / Le récepteur, l'écouteur, le spectateur fait donc office de thérapeute?

M / Je dirais plutôt que je fais ma propre thérapie dans la phase de création. Après le récepteur fait office de ce qu'il veut.

A / L'album est très varié et encore plus en concert. Pourquoi avoir choisi de faire quelque chose de si varié avec finalement la sensation d’être assiégé de dolites en l'écoutant?

M / C'est pas vraiment un choix, c'est plutôt que dans les phases où j’écris, je n’arrive pas forcément à me concentrer sur une esthétique particulière pendant plus de deux ou trois chansons. Après il faut que je change, je suis inspiré par d'autres choses. Le challenge de cet album et de ce live, c'est d'arriver à assembler un tout avec des esthétiques différentes tout en gardant une architecture un peu cohérente. Si jamais ça marche, c'est une réussite.

A / Assembler un tout avec rien quoi?

M / Non pas du tout.

A / Pardon, je n'ai pas compris, tu peux me ré expliquer?

M / Assembler une pièce avec des éléments très différents.

A / Ah ! Comme faire un freestyle cake?

M / Oui c est ça!

A / A la fin c'est dégueulasse ou c'est bon ! Là on va dire que c'est bon !!! (gros rires) Si je te demandais de définir par une couleur la chanson Assiégé de dolites?

M / Ce serait un vert émeraude.

A / Moi je ne l'avais pas du tout vu de cette couleur!

M / Ah les goûts et les couleurs...

A / Quelle serait la chanson tube de l'été 2020?

M / Ce serait celle sur laquelle j'ai le plus de retour, la plus intime aussi : Anne.

A / Ah oui ? Le tube de l'été???

M / Ça dépend de quoi est constitué un tube de l'été ! Ça doit être un peu dansant et c'est vrai que cette chanson n'est pas très dansante... C'est peut-être à l'été de définir son tube de l'été?

A / C'est vrai que cet été était un peu triste... La pochette du disque, avec ses belles couleurs violet et jaune, c'est toi qui l'a faite?

M / Non, c'est un couple d'amis qui s'appellent Alessandro et Dana.

A / Wow ! Tu pourras peut-être nous présenter leur travail dans le futur?

M / Tout à fait!

A / Il n'y a pas une autre collaboration?

M / (long silence....) Ah si ! Alaïs ! Elle m'a aidé avec le Layout.

A / Quel plat serait la très belle chanson The last song?

M / (très très long silence....) Je ne sais pas du tout!

A / Il va falloir trouver! Une choucroute? Du cassoulet? Un tiramisu?

M / Je ne sais pas du tout... je n'ai jamais comparé une chanson à un plat.

A / Marius, tu as présenté ce projet solo Marius Atherton à deux reprises cette année en show live, quels sont les retours?

M / Des retours extrêmement décevants. Le public me demande d'arrêter. Non je rigole! Les gens adorent! (gros rires)

A / J'étais à ton deuxième concert l'autre soir, il y avait trente personnes, j'ai constaté deux ventes de ton CD. Est-ce un signe?

M / On fonctionne en statistique : 2 sur 30, c'est 1 sur 15, c'est donc un peu plus de 10%, c'est énorme en fait!

A / A l’entraînement, quelle est ta chanson « fitness »?

M / La chanson sur mes amis parce que c'est une performance vocale de haute voltige pour moi. Je suis en train d'apprendre le développement de mon organe vocal. J'ai l'habitude de m'enregistrer beaucoup, ça veut dire que je peux recommencer, me mettre bien, p'tite saucisse.

A / Ah on parle de cuisine là!

M / Par contre, quand je suis en concert j'ai pas le loisir de prendre le temps des choses et de refaire, il faut donc travailler plus dans la longueur. Du coup, j essaie de travailler les performances des chansons comme si j’étais un vrai chanteur. J'ai pas l'habitude de faire et c'est assez intéressant.

A / J'ai entendu via les réseaux sociaux et sur BFM TV qu'un clip allait être réalisé. Ce sera pour
quelle chanson?

M / Ce sera justement pour la chanson Les amis.

A / Et qui va réaliser ce clip?

M / C'est Alaïs Raslain, mon amie illustratrice.

A / Ah ! Celle qui a fait un truc sur la pochette?

M / Oui c'est ça ! Et ça va être de l'animation mais à faible contenance narrative. Ce sera plutôt un clip haut en couleur mais surtout contemplatif, un peu comme les autres clips de cet album.

A / Parle-nous des autres clips?

M / Les autres clips, c'est moi qui les ai faits. Anne c'est une vidéo que j'ai faite dans un bus, d'un voyage. Et l'autre clip je l'ai tourné dans l'immeuble d'un ami. C'était pour La routine.


A / Il me semble qu'il n'y a pas que des plans de cet immeuble, non?

M / Non, il y a aussi un plan de l’hôpital d'Avallon.

A / L'hôpital dans lequel tu es né!

M / Ah oui ! (excitations + rires +++)

A / C'est quand même un retour aux sources, c'est important de le souligner! (une buse attire mon attention par delà la fenêtre, je peux enfin faire une pause visuelle et détourner mon regard de la tête de Marius Atherton) Où voir ces clips?

M / On va sur youtube et on tape mariusatherton.

A / Tu as un bandcamp aussi?

M / Oui.

A / On va mettre tout ça en lien à la fin de cette interview, ne t'inquiète surtout pas. Quel est le devenir proche de Marius Atherton?

M / Je prépare un deuxième album de chansons aussi.

A / Peux-tu nous parler des reprises que tu fais en live mais qui n'apparaissent pas sur l'album parce que tu ne veux pas payer de droits d'auteur?

M / Ces reprises sont là pour créer autre chose en live. J'aime bien ces deux chansons. J'ai aimé les arranger à ma façon.

A / Pardon, deux ou trois chansons?

M / Oui il y deux reprises de chansons et une troisième pièce que j'ai pompée d'un ami indien de ma tante qui chante un râga pour elle sur Internet. J'ai relevé son râga pour le jouer à la guitare. Pour ce qui est des reprises, il y a cet espèce de tube de l'été qui s’appelle Last Kiss de je ne sais plus qui... Cavalier je crois.

A / Ah... tu ne sais pas?

M / Une chanson d 'amour, un peu surf rock, pop années 60. Et l'autre c'est Jamaica Farewell de
Harry Belafonte. Je les ai réarrangées avec des machines, des synthétiseurs ; un mélange de Suicide et The Space Lady.

A / Oui, on reconnaît bien les influences ! Bravo ! Elles sont belles! Parle-nous de ton costume de scène et de ta coupe de cheveux.

M / Je porte un jean noir et une chemise en lin jaune ocre. Ma coupe de cheveux a été effectuée par le salon Coup'tiff à Lormes que je tiens à remercier. Véronique et son équipe, mes partenaires depuis plus de dix ans.

A / Question un peu intime, comme nous sommes sur un album intime : au delà de la saucisse évoquée plus tôt, quelle est la boisson de l’entraînement?

M / La chicorée.

A / Un équipement particulier pour l’entraînement?

M / Oui, mes pantoufles flocon de neige.

A / J'adore les anecdotes intimes comme celle-ci! On rentre mieux dans le personnage! Marius, est-ce que la campagne de ton enfance t'inspire?

M / Pas du tout. Le mieux pour moi c'est d'être loin de mes sources, de mes proches. C'est là que je suis le plus en phase avec ce que j'ai envie de dire et d'écrire. C'est comme ça que je me sens le plus libre. Ça fait maintenant deux ans que je ne suis pas parti loin et ça fait aussi deux ans que je ne me sens pas...que je n'ai pas eu un vrai...je sens que j'ai besoin de repartir pour retourner à l'écriture de manière plus intense.

A / Alors quel prochain voyage quand les barrières seront levées?

M / J'ai un ami qui habite la Guadeloupe, il m'a proposé de venir mais en même temps j'aime pas trop l’avion... du coup, je vais peut-être viser la facilité et retourner aux États-Unis.

A / Un peu facile! Surtout que tu as des proches là-bas?

M / Oui des gens que j'aime beaucoup mais ce ne sont pas des très proches.

A / Ah d'accord, je n'avais pas la notion de « proche » et « très proche ».

M / Oui ce sont des amis éloignés.

A / Alors bon futur grand voyage créatif à toi Marius Atherton!

< BACK
Artwork
WHERE
Lormes, France
WHEN
Labels
Engineers